Retards aux ports de la côte ouest du Canada

Source : ATIC

Une combinaison de facteurs récents, dont des glissements de terrain, des déraillements, l’arrivée de l’hiver, ainsi qu’un accroissement des volumes d’expédition causant l’augmentation des délais de transit, a eu des incidences sur le transport intermodal de conteneurs maritimes importés au Canada, ainsi que des répercussions négatives sur les chaînes d’approvisionnement dans le pays.

Vous trouverez ci-dessous un bulletin qui a été publié la semaine dernière par l’ATIC dans lequel on donne des renseignements détaillés sur les circonstances entourant ces retards : 

« Le Port de Vancouver signale des retards considérables dans les arrivées des navires à Vancouver, lesquels créent des arrivages massifs, perturbent les plans opérationnels liés aux grues et aux activités sur le quai et contribuent à accroître les temps de séjour. En outre, les retards de mise en œuvre des nouveaux projets d’amélioration ferroviaire de GCT Deltaport signifient que certaines des capacités supplémentaires prévues ne seront pas disponibles avant l’an prochain. La haute saison, laquelle a commencé tôt cette année et se poursuit, a contribué à augmenter le nombre de conteneurs importés à des niveaux inattendus qui ce cessent d’accroître.

Dans le Daily Import Rail On-dock Footage Summary du 11 décembre du port, on signalait que la séquence totale en pieds de conteneurs placés sur le quai se trouvait dans le rouge, alors que les temps de séjour s’élevaient à cinq à sept jours. Souvenez-vous qu’il s’agit de moyennes qui englobent les marchandises transportées localement par camion et les conteneurs transportés par des camions du quai vers les trains en seulement une ou deux journées. De nombreux clients subissent des temps de séjour sur le quai allant jusqu’à deux semaines et, dans certains cas, trois semaines pour les conteneurs destinés aux terminaux intérieurs par voie ferroviaire.

Une fois que l’équipement ferroviaire sera de nouveau disponible et que les trains seront remis en fonction à leur pleine capacité, il faudra faire face aux conditions météorologiques hivernales, ce qui signifie des trains plus courts et des retards causés par le gel et la neige. La circulation est déjà très dense en raison des glissements de terrain qui sont survenus en Colombie-Britannique à la fin de l’automne; un déraillement à Ashcroft a par ailleurs contribué aux retards. Cette combinaison de facteurs a créé un effet domino au sein de la chaîne, créant des instabilités supplémentaires dans les calendriers, des arrivées massives de trains et des terminaux ferroviaires très encombrés, particulièrement en Alberta (Edmonton) où on a observé une augmentation considérable du fret. On a signalé la semaine dernière une augmentation de 400 % de la circulation à Edmonton en une seule journée d’activités, comparativement aux volumes habituels. En plus des volumes accrus, les temps d’attente aux terminaux ferroviaires ont augmenté de manière significative à Edmonton et à Calgary, et il est devenu impossible de respecter les heures de rendez-vous aux terminaux ferroviaires. À l’instar des parties qui ont déposé des plaintes aux terminaux ferroviaires de Toronto et de Montréal depuis le printemps, les chauffeurs en Alberta se sont montrés mécontents des temps d’attente à l’extérieur des portes, ainsi que des temps de service plus longs qu’à l’habitude une fois qu’ils franchissaient celles-ci.

Les temps d’attente aux terminaux du CN d’Edmonton ont diminué depuis le 8 décembre, passant de 76 minutes au mois de novembre à 52 minutes. Encore une fois, rappelez-vous qu’il s’agit de moyennes. Celles-ci couvrent une période de 24 heures, dont les heures comprises entre 2 h et 6 h du matin lorsque les activités de factage sont extrêmement moindres, et que les délais d’attente sont réduits à 20 minutes. Le CN a annoncé qu’il avait prévu affecter plus de ressources au terminal d’Edmonton en ce qui a trait aux opérateurs et aux grues afin d’atténuer l’encombrement. Bien que ces promesses soient similaires aux engagements pris à Brampton, cela prendra du temps à les mettre en œuvre. De nouvelles informations devront être transmises aux employés et des grues supplémentaires seront mises en service dans les deux terminaux d’ici le premier trimestre de 2018.

Il sera primordial d’établir les attentes avec les clients. La bonne nouvelle, c’est que les volumes des marchandises canadiennes ont étonnamment été élevés cette année et que la croissance est toujours forte. La mauvaise nouvelle, c’est que nous nous approchons de la période des Fêtes et des mauvaises conditions météorologiques hivernales, alors que les terminaux sont déjà congestionnés et que les délais de transit sont plus élevés qu’à l’habitude. »

Delmar continuera de travailler en étroite collaboration avec tous les intervenants concernés afin de minimiser le plus possible les retards et d’atténuer les répercussions sur les chaînes d’approvisionnement de ses clients.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec votre représentant local de Delmar.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s